fbpx

Besoin de se démêler à travers les différentes professions en relation d’aide?

Lorsque l’on vit une période plus difficile, que ce soit dû à des bouleversements, des changements, des questionnements ou tout simplement lorsqu’on désire s’introspecter et cheminer… demander de l’aide professionnelle peut être une bonne avenue. Déjà, pour certains, reconnaître le besoin de recevoir du soutien est une étape importante à franchir. Cette étape comporte son lot de questionnements, d’émotions, de remises en question et de peurs. Évidemment, il est essentiel de reconnaitre nos besoins et d’être confortable avec le/la professionnel-le rencontré-e pour entamer ce processus. Plus encore, il est important de bien saisir le rôle et l’expertise de la personne à qui on s'apprête à raconter notre vie afin de s’assurer que cela correspond au mieux à ces besoins ciblés.

Mais… entre vous et moi, puisqu’il existe une multitude de professions dans le domaine de la santé et des services sociaux, il peut être très facile de s’y perdre. Dans cet article, nous désirons prendre le temps de faire une brève présentation de certaines professions dans le domaine de la santé mentale et des services sociaux afin de définir leurs particularités. Et, qui sait, peut-être que cela pourra vous aidez, vous ou quelqu’un de votre entourage la journée que vous demanderez de l’aide?

 

Présentation des différentes professions

Tout d’abord, les professionnel-les en santé mentale peuvent rencontrer diverses clientèles et travailler avec diverses problématiques. Par exemple, une personne vivant un processus de deuil ou désirant recevoir du soutien dans la gestion de son anxiété pourrait rencontrer différent-es professionnel-les puisque le processus de suivi en relation d’aide fait partie intégrale de toutes ces professions.

Autrement dit, tous les professions qui sont habiletés à travailler en relation d’aide travailleront en trois temps, soit :

  • ils évalueront le besoin de la personne,
  • ils proposeront une compréhension clinique de la difficulté et de comment il est possible de combler les besoins identifiés,
  • ils accompagneront la personne à chaque étape du plan de match pour s’assurer que les besoins soient rencontrés.

Par contre, chaque profession a son propre champ d’expertise. Le champs d’expertise est ce qui permet de distinguer les différentes professions les unes des autres. C’est via le champs d’expertise que le professionnel adoptera des interventions uniques à sa profession (que ce soit pour réaliser l’évaluation de la problématique ou encore, pour agir auprès de la personne). Ainsi, selon le guide explicatif sur la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines[1], publié sur le site de l’Ordre des psychologues du Québec le/la :

 

Conseiller-ère d’orientation

Possède une expertise socioprofessionnelle, soit d’accompagner et intervenir lors d’un processus ou de difficultés vécues dans le cadre d’un emploi, de la recherche d’emploi, d’un changement de situation, etc. Pour ce faire, l’évaluation porte sur les ressources personnelles, psychologiques, environnementales de la personne, en interaction avec son environnement. L’objectif est donc, de développer l’identité et des stratégies d’adaptation et une autonomie socioprofessionnelle.

 

Criminologue

Possède une expertise au niveau des différents actes criminel et de la dynamique personne contrevenante / personne victime. Pour ce faire, l’évaluation porte sur les facteurs de risque et les comportements des personnes contrevenante, et les conséquences vécues par les personnes victimes à la suite de l’acte criminel, en tenant compte des interactions avec leur environnement. Tout cela, dans le but de rétablir les capacités sociales et favoriser une meilleure intégration à la société des personnes contrevenantes et de soutenir et maximiser le retour à l’équilibre des personnes victimes.

 

Ergothérapeute

Possède une expertise au niveau des capacités fonctionnelles d’une personne, soit en trouvant des stratégies pour soutenir la personne dans son environnement. Pour ce faire, l’évaluation porte sur les habiletés fonctionnelles, les fonctions, les aptitudes et les incapacités. L’objectif est d’adapter l’environnement à la réalité la personne, afin de diminuer les conséquences des incapacités, maintenir les habiletés et favoriser l’autonomie.

 

Sexologue

Possède une expertise du développement sexuel et tout ce que cela comporte comme éléments. Pour ce faire, l’évaluation porte sur les comportements et le développement sexuels de la personne, en interaction avec son environnement. Tout cela dans l’objectif de rétablir l’équilibre sexuel, le maintien ou le rétablissement de la santé sexuelle.

 

Thérapeute conjugal ou familial

Possède une expertise au niveau des dynamiques relationnelles. Pour ce faire, l’évaluation porte sur les différents systèmes relationnels des individus, des couples et des familles, en interaction avec leur environnement. L’objectif est donc d’améliorer ou maintenir de bonnes méthodes de communications à travers les relations.

 

Psychoéducateur-trice

Possède l’expertise au niveau des difficultés d’adaptation, des différents éléments liés aux capacités d’adaptation de la personne, en interaction avec son environnement. L’évaluation concerne les relations avec l’environnement, les dynamiques et les perturbations relationnelles. L’objectif est donc de développer des conditions favorables à une adaptation optimale.

 

Psychologue

Possède l’expertise du fonctionnement psychologique et mental. L’évaluation permet de cibler plusieurs élément, tels que les affects, les aptitudes, les cognitions, les goûts, les intérêts, les motivations, les ressources, etc., afin de dresser un portrait global de la personne, en interaction avec son environnement. Cela permet d’identifier et traiter des troubles, des dysfonctionnements, une altération des fonctions mentales, un retard mental, un trouble mental, un trouble neuropsychologique, etc. Tout cela, dans le but de favoriser ou rétablir une bonne santé mentale.

 

Travailleur-se sociale

Possède l’expertise d’évaluer le fonctionnement social de la personne, en interaction avec son environnement. L’évaluation permet de cibler les aspects sociaux, les rôles sociaux, les particularités de la personne et de son environnement immédiat et social, les interactions entre les différents systèmes, etc. L’objectif étant de rétablir et optimiser le développement global de la personne, afin de retrouver ou améliorer son pouvoir d’agir dans l’accomplissements des différentes sphères de sa vie.

 

Ok, mais qu’en est-il de la psychothérapie?

Il est important de comprendre le rôle de la psychothérapie versus le suivi psychosocial et la relation d’aide. La psychothérapie fait partie intégrante des soins offerts en santé mentale, mais va bien au-delà du rétablissement de certaines dysfonctions, de l’aide courante ou du rapport de soutien. En effet, cet acte vise à favoriser des changements très significatifs dans le fonctionnement de la personne, que ce soit au niveau cognitif, comportemental, interpersonnel, dans sa personnalité, dans son état de santé, etc. Autrement dit, la psychothérapie… c’est le big deal. D’ailleurs, afin de pouvoir la pratiquer, il est nécessaire de détenir un permis de psychothérapeute. Il est à noter que les médecins et les psychologues sont détenteurs de ce permis d’emblée compte tenue que leur formation universitaire est de niveau doctoral. Tout autres professionnel-les de la santé mentale et des sciences humaines désirant effectuer de la psychothérapie doivent effectuer la formation nécessaire et détenir le permis délivré par l’Ordre des psychologues du Québec. Une formation de niveau de la maitrise universitaire et requise ainsi que la réalisation de stages cliniques de plus de 700 heures. Ainsi, pas qui veut aider le peut!

Ces exigences importantes sont mises en place afin d’assurer la protection des citoyens. N’importe qui ne peut se prétendre psychothérapeute... et c’est une bonne chose! Qui aurait envie de confier sa santé mentale et son équilibre personnel à jo-bon-temps ? Même s’il a de très bonnes intentions… s’il n’a aucune méthode ou technique pour faire ce qu’il fait, il peut causer des dommages très importants à la personne qu’il souhaite aider (hausse des symptômes de maladie mentale, hausse du dysfonctionnement social, risque de passage à l’acte accru, etc.).

Pour vérifier les qualifications professionnelles de votre aidant, entrepreneurs, nous vous invitons à consulter les page internet des Ordres professionnels du Québec afin de vérifier que la personne qui a de bonnes intentions envers vous est habileté à vous aider sans risque.

 

Les psy trucs inc.